Les 6 taxes et impôts à payer en LMNP

Si vous souhaitez louer un bien immobilier en meublé, vous pouvez bénéficier de conditions fiscales intéressantes via le régime LMNP afin de vous constituer un patrimoine et ainsi dégager des revenus complémentaires.

Vous pouvez retrouver plus d’informations concernant ce dispositif fiscal sur cet article.

Nous allons ici nous intéresser aux taxes et impôts que doit s’acquitter un loueur meublé non professionnel.

En effet, l’activité de loueur meublé non professionnel est considérée comme une activité commerciale qui est soumise à l’impôt sur le revenu dans la catégorie des BIC ainsi qu’aux impôts directs locaux.

Sommaire

  1. La cotisation foncière des entreprises (CFE)
  2. La cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE)
  3. La taxe foncière sur les propriétés bâties et les taxes accessoires
  4. La taxe sur la valeur ajoutée (TVA)
  5. L’impôt sur le revenu : exonération sous conditions
  6. Les prélèvements sociaux

La cotisation foncière des entreprises

Les loueurs meublés non professionnels sont imposables à la CFE.

Si vous êtes redevable de cette taxe mais que vous réalisez des recettes inférieures ou égales à 5000 euros, une exonération est possible.

Vous pouvez voir les autres exonérations possibles, notamment la location saisonnière ponctuelle sur le site des impôts.

En ordre de grandeur la CFE est de quelques dizaines d’euros, et vous ne serez redevables qu’à condition d’avoir immatriculé votre activité via la déclaration P0i.

La cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises

Les loueurs en meublés sont assujettis à la CVAE s’ils sont soumis à la CFE dans les conditions de droit commun et s’ils réalisent un chiffre d’affaires hors taxes supérieur à 152 500 euros.

Si vous êtes éligible à cette taxe, n’oubliez pas de souscrire à la déclaration n°1330-CVAE (par voie dématérialisée) ou de servir le cadre CVAE du tableau 2033-E ou 2059-E (pour certains loueurs mono-établissement) de votre liasse fiscale.

La taxe foncière sur les propriétés bâties et les taxes accessoires

Si vous êtes propriétaire ou usufruitier, vous serez redevable de la taxe foncière sur les propriétés bâties pour les immeubles que vous possédez au 1er janvier de l’année d’imposition.

De plus, certaines communes imposent une taxe destinée au service d’enlèvement des ordures ménagères.

Elles peuvent également instituer cette redevance calculée en fonction de l’importance du service rendu.

Cette taxe se substitue à la TEOM.

La taxe sur la valeur ajoutée

Les locations meublées sont en principe exonérées de TVA.

En effet, si vous louez en meublé une résidence secondaire, une partie de votre résidence principale ou un logement touristique sans offrir un ensemble de service assimilable aux services hôteliers (petit-déjeuner, nettoyage régulier des locaux, fourniture de linge de maison et réception de la clientèle) vous êtes alors exonéré de la TVA.

Cette exonération ne s’applique pas dès lors que l’activité devient professionnelle. Plus d’informations sur le site des impôts.

L’impôt sur le revenu

Vos revenus locatifs sont évidemment soumis à l’impôt sur le revenu. Pour comprendre comment est calculée la base imposable (loyer – charges) consultez notre fiche sur le régime réel en LMNP.

Vous ne vous verrez pas imposer vos recettes issues de la location meublée dans deux cas :

  • Si vous louez une partie de votre habitation principale (sans que la personne y soit domiciliée) : les recettes brutes annuelles ne doivent pas dépassées 760 € TTC;
  • Si vous louez ou sous-louez en meublé : la ou les pièces louées doivent constituer la résidence principale du locataire.

Pour plus d’information sur cette exonération, vous pouvez consulter le site officiel

Les prélèvements sociaux

Vos revenus issus de la location meublée seront également soumis aux prélèvements sociaux.

En effet, le taux global des prélèvements sociaux est de 17,2%. En voici la décomposition :

  • contribution sociale généralisée (CSG) à hauteur de 9,9%;
  • prélèvement de solidarité à hauteur de 2%;
  • prélèvement social à hauteur de 4,5%;
  • contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS) à hauteur de 0.5%;
  • prélèvement social à hauteur de 4,5%;
  • contribution additionnelle à hauteur de 0,3%;
  • prélèvement de solidarité à hauteur de 2%.

Gérez votre location sans agence
Assurances Bail Quittances Indexation

Essayez gratuitement pendant 30 jours

Autres articles dans la même catégorie

La Location Meublée Non Professionnelle (LMNP) est un régime fiscal qui permet de défiscaliser une partie de ses revenus locatifs via le régime réel. Cette déclaration au réel des charges s’accompagne d’obligations comptables assez lourdes avec la production d’un bilan comptable détaillant les amortissements ainsi que la production d’un compte résultat. Vous allez grosso modo […]

Une indivision est la détention d’un bien immobilier par au moins deux personnes physiques distinctes. Dans le cadre d’une location elle est souvent opposée aux SCI, sociétés civiles immobilières, qui permettraient une gestion plus souple. Nous allons voir que les règles sur l’indivision ont été clarifiées, et qu’il est maintenant plus simple de gérer un […]

Afin de séparer les transactions professionnelles des transactions personnelles, il est fortement conseillé de détenir un compte bancaire pour sa SCI. Nous allons voir dans cet article pourquoi et comment ouvrir un compte pour votre SCI. SOMMAIRE Compte personnel ou professionnel pour la SCI ? Quand ouvrir son compte bancaire en SCI ? Quels documents […]

Ma PrimeRenov’ est une aide financière créée en janvier 2020 par le gouvernement qui a pour but d’inciter et d’aider les ménages à engager des travaux de rénovation énergétique. En octobre 2020 cette aide a été renforcée dans le cadre du plan de relance de l’économie ouvrant cette prime à tous les propriétaires occupants, propriétaires […]