Pénalités de retard d’un bail commercial

Contrairement au bail d’habitation où il n’est plus possible d’appliquer des pénalités de retard en cas d’impayés, il est d’usage de prévoir des pénalités de retard sur les sommes dues par le Preneur au Bailleur, notamment au titre d’impayés de loyer.

Il est important de fixer le taux de pénalité ainsi que son caractère temporel. Voici une clause type que vous pouvez proposer :

À titre de clause pénale, il est convenu qu’en cas de retard de paiement du loyer ou de toute autre somme due par le Preneur, les sommes impayées porteront intérêt au taux de 2% par mois de retard indivisible.

La clause ainsi écrite prévoit donc des intérêts de retard par mois indivisible. Ainsi si le loyer de 1000€ est dû au premier du mois et que le Preneur vous paie le 10, il serait en théorie redevable d’un mois de pénalité de retard soit d’un loyer majoré à 1020€ pour l’échéance suivante.

Gérez votre location sans agence
Assurances Bail Quittances Indexation

Essayez gratuitement pendant 30 jours

5 commentaires sur “Pénalités de retard d’un bail commercial

  1. mzl le a posté:

    Bonjour,
    Si le bail ne prévois aucune clause pénale, le bailleur est il en droit d’exiger des pénalités de retard ?

  2. pinheiro frederic le a posté:

    bonjour
    j’aimerais savoir comment ça se passe quand le locataire paie avec quelques jours de retard mais a cause de cela je paie des frais bancaires dus a son retard
    que faire?
    merci

    • Mathieu Chantalat le a posté:

      Bonjour,

      Nous ne comprenons pas de quels frais bancaires vous parlez. Des découverts ? Des retards sur un remboursement d’emprunt ?

  3. joseph pieniazek le a posté:

    en suivant votre exemple sur 1000€ et 10 jours de retard, quelle serait la penalité si le loyer de 1000@ est en retard de 5 mois.

    • Mathieu Chantalat le a posté:

      Bonjour,

      20€ de pénalités sur 5 mois, soit 100 euros

Autres articles dans la même catégorie

La liste des communes soumises à l’encadrement des loyers s’allonge (voir notre liste à jour), et pour chaque bailleur dans ces communes le complément de loyer peut être la solution pour sortir de l’encadrement des loyers. Pour rappel, un loyer de référence majoré est défini pour votre quartier, le nombre de pièces du logement, l’année […]

Le bail type est entré en vigueur le 1er août 2015 et s’applique à toutes les locations vides ou meublées à titre de résidence principale. En plus du formalisme du nouveau bail, une notice d’information relative aux droits et obligations des locataires et des bailleurs doit être annexée. Nous l’ajoutons automatiquement au bail de location […]

En location vide ou en location, les charges récupérables auprès du locataire dans le cadre d’une provision ou d’un forfait (voir notre fiche pratique pour savoir quel type de charges choisir) sont exhaustivement listées dans le décret 87-713 du 26 août 1987 que vous trouverez au lien suivant : Démarrer un nouveau bail de location […]

Comme vous le savez peut-être, la loi ALUR a imposé une liste minimum de meubles pour que votre location soit considérée comme « meublée ». Pour graver dans le marbre la présence de ces meubles, vous devez réaliser un inventaire des meubles, séparé du bail de location et de l’état des lieux. Remplir le bail avec toutes […]