Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors

Plus de 100 000 bailleurs particuliers aidés depuis 2012

Avis clients 4,8/5

Démarrer un bail

Lors de la signature du bail commercial, une clause importante doit être rédigée avec attention : les dispositions qui encadrent ou restreignent la cession du droit au bail.

Une cession du droit au bail limitée au fonds de commerce

Le droit au bail est un actif du preneur, une composante de son fonds de commerce qu’il peut monétiser lors de la cession du fonds ou pour une cession seule.

Par défaut si aucune clause n’est indiquée dans le bail, le preneur est libre de céder son droit au bail (cf l’article 1717 du Code du Commerce) le repreneur se substituant alors parfaitement au précédent locataire dans les droits et obligations du bail initialement signé.

Sans revenir sur les raisons qui expliqueraient pourquoi cette liberté de cession porterait préjudice au bailleur, il est d’usage d’écrire dans le bail commercial une clause limitant la cession du bail.

Voici un exemple de clause que vous pouvez insérer dans votre bail commercial:

Le Preneur ne pourra céder tout ou partie de son droit au bail qu’à son successeur dans son fonds de commerce exerçant la même activité.
Dans tous les autres cas, la cession ne pourra se faire qu’avec l’agrément du Bailleur qui en fixera les conditions.
[…]

La clause est rédigée conformément aux dispositions de l’article L. 145-16 du Code du Commerce qui interdit les clauses empêchant au Preneur de céder son bail au repreneur de son fonds de commerce. Cette restriction s’explique par le fait que le droit au bail est une des composantes principales du fonds de commerce et qu’il est, sauf rares exceptions, impossible de céder le fonds de commerce sans le bail du local dans lequel le fonds est exploité.

Dans tous les autres cas, la clause proposée impose la restriction qui est d’usage : la cession doit recevoir l’accord du bailleur. Le refus éventuel du bailleur doit néanmoins être justifié sous peine de voir le refus contesté par le cédant. Dans la plupart des cas le bailleur justifie son refus par le manque de solvabilité du repreneur vis-à-vis du loyer prévu au bail.

La deuxième partie de la clause que nous proposons régit la solidarité du cédant (le locataire initial) pour les obligations du cessionnaire (le repreneur).

Solidarité du cédant envers le repreneur

L’agrément du bailleur pour les cessions de droit au bail hors cession de fonds de commerce a pour objectif de permettre au bailleur d’évaluer la solidarité du repreneur.

Dans tous les cas nous vous recommandons d’ajouter dans la clause de cession une disposition prévoyant la solidarité du cédant avec le cessionnaire du droit au bail. Autrefois libre cette solidarité est maintenant limitée à 3 ans à partir de la cession, conformément à l’article L145-16-2 du Code du Commerce.

La loi Pinel a par ailleurs rajouté un article imposant au bailleur de prévenir le cédant en cas d’impayés du repreneur, pour lui permettre de faire potentiellement pression :

Si la cession du bail commercial est accompagnée d’une clause de garantie du cédant au bénéfice du bailleur, ce dernier informe le cédant de tout défaut de paiement du locataire dans le délai d’un mois à compter de la date à laquelle la somme aurait dû être acquittée par celui-ci.

S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus populaire
Le plus récent Le plus ancien
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Bonjour

Je viens de faire une cessation d’activité de ma SAS.
Je n’ai pas de créances hormis le bail, mais je n’ai plus d’actifs pour payer le loyer.
J’ai trouvé un repreneur pour le bail mais le notaire m’a confirmé que si le cessionnaire ne peut pas payer le loyer je reste solidaire du bailleur.
Au cas où cette situation se produisait dans 6 mois, 1 an par exemple que se passe t-il si le repreneur ne peut pas payer et moi non plus ?

Est-ce que j’ai plutôt intérêt à faire une demande auprès du tribunal de commerce pour une liquidation judiciaire au lieu de faire un droit au bail ?

Merci d’avance pour vos conseils.

Autres articles qui pourraient vous interesser

Présentation et conclusion d’un bail commercial dérogatoire ou bail courte durée

Synthèse de l’article: introduit par la loi Pinel, bail de moins de 3 ans offrant une grande souplesse contractuelle, la conclusion d’un bail commercial dérogatoire permet aux parties de louer un local tout en dérogeant aux statuts des baux commerciaux classiques pour une courte durée. Le bail dérogatoire est un bail de courte durée (moins […]

Voir l'article

Bail commercial précaire

Le bail commercial précaire (ou encore appelé convention d’occupation précaire) est une création issue de la pratique qui permet la conclusion, sous certaines conditions, d’une convention d’occupation commerciale. Ce type de convention est apparu pour répondre à des situations où un contrat de bail commercial classique s’avérait inadapté (i.e., en cas de locations commerciales courte […]

Voir l'article

Pénalités de retard d’un bail commercial

Contrairement au bail d’habitation où il n’est plus possible d’appliquer des pénalités de retard en cas d’impayés, il est d’usage de prévoir des pénalités de retard sur les sommes dues par le Preneur au Bailleur, notamment au titre d’impayés de loyer. Il est important de fixer le taux de pénalité ainsi que son caractère temporel. […]

Voir l'article

Clause travaux du bail commercial

Le bail commercial peut prévoir une clause particulière concernant les travaux d’aménagement du Preneur. Deux situations sont à définir contractuellement : l’autorisation de réaliser les travaux et le sort des aménagements du Preneur en fin de bail. Travaux en cours de bail d’un local commercial Concernant les travaux portant atteinte à la structure ou à […]

Voir l'article

Droit d’entrée & pas de porte d’un bail commercial

Lorsque vous signez un bail neuf pour un local commercial, certains bailleurs vont vous demander de payer un droit d’entrée (ou pas de porte) à la signature, en plus du loyer qui sera réglé en cours de bail. Ce loyer permet au bailleur de vous faire payer le prix fictif de la cession du droit […]

Voir l'article

Local d’habitation dans un bail commercial

Un local commercial peut être destiné en partie à l’habitation. Il est important de comprendre que cette partie dédiée au logement du Preneur est soumise au statut des baux commerciaux. Il est donc possible d’imposer contractuellement dans le bail des dispositions qui ne sont pas autorisées dans le droit des baux d’habitation. Dans la rédaction […]

Voir l'article

Franchise de loyer pour un bail commercial

Il est possible au Bailleur d’un local commercial d’accorder au démarrage du bail une franchise de loyer au locataire (ou Preneur). La franchise se justifie souvent par la nécessité qu’a le Preneur de réaliser des travaux d’aménagement lourds – de plusieurs semaines voire de plusieurs mois – pour démarrer réellement son activité et pour pouvoir […]

Voir l'article

Clause de destination d’un bail commercial

L’immense majorité des baux commerciaux prévoient une clause de destination limitant les activités du Preneur dans le local commercial. Une attention particulière doit être portée par le Bailleur sur les activités qu’ils autorisent; son obligation de délivrance lui impose en effet de mettre à disposition un local dont les autorisations administratives et les caractéristiques techniques […]

Voir l'article

Refacturation des charges et travaux dans un bail commercial

La refacturation au preneur des charges et des travaux payés par le bailleur reste un des points d’achoppement central du bail commercial, source de conflits, de contentieux et d’incompréhensions. En l’absence d’une liste exhaustive des charges et réparations locatives récupérables auprès du locataire comme sur un bail d’habitation, les bailleurs ont longtemps profité d’une liberté […]

Voir l'article

Nos experts vous
accompagnent sur l’essentiel.

Ne prenez plus de risques et laissez Smartloc vous aider

Démarrer

Des experts disponibles pour vous aider