Liste des charges récupérables

En location vide ou en location, les charges récupérables auprès du locataire dans le cadre d’une provision ou d’un forfait (voir notre fiche pratique pour savoir quel type de charges choisir) sont exhaustivement listées dans le décret 87-713 du 26 août 1987 que vous trouverez au lien suivant :

Téléchargez la liste des charges récupérables à annexer au bail

Démarrer un nouveau bail de location avec la liste des charges

Cette liste est exhaustive, cela signifie que vous ne pouvez pas demander au locataire de payer pour des charges qui ne sont pas indiquées dans cette liste.

Elle fait partie des documents que nous annexons dans notre module de rédaction de bail de location car c’est un document important qui évite les conflits et les contentieux avec votre locataire en fixant clairement ce qui est à la charge du bailleur et du locataire.

Sachez qu’en copropriété, ce sera le syndic qui décomposera en fonction de cette liste les charges que vous pourrez récupérer auprès du locataire. Vous n’aurez donc pas de calcul à faire et vous pourrez reprendre la part récupérable qui est habituellement indiquée dans votre synthèse définitive envoyée après la reddition des comptes annuelle. Vous pouvez vous reporter à ce sujet à notre fiche sur la définition du montant des charges et à notre fiche sur la régularisation.

Quelles sont les grands postes de dépenses considérées comme des charges locatives ?

La liste des charges récupérables détaille les grands types de postes de dépenses qui sont considérés comme pouvant être des charges locatives. Pour chaque grande famille c’est souvent les dépenses d’entretien, les menues réparations et les consommables qui sont à la charge du locataire :

  • Ascenseurs et monte-charge : consommation électrique, entretien & menues réparations
  • Eau froide, eau chaude et chauffage collectif des locaux privatifs et des parties
    communes
    : consommation réelle, entretien & menues réparations
  • Installations individuelles de chauffage : consommation réelle, entretien & menues réparations
  • Parties communes intérieures au bâtiment ou à l’ensemble des bâtiments
    d’habitation
    : électricité et consommables, entretien & menues réparations, propreté
  • Espaces extérieurs au bâtiment ou à l’ensemble de bâtiments d’habitation
    (voies de circulation, aires de stationnement, abords et espaces verts, aires et
    équipements de jeux)
    : consommables, entretien & menues réparations
  • Hygiène : consommables, entretien & menues réparations, élimination des rejets
  • Equipements divers du bâtiment ou de l’ensemble de bâtiments d’habitation : électricité et entretien des ventilations
  • Impositions et redevances. : essentiellement la taxe d’ordures ménagères

Imputation du salaire du concierge en charges locatives

Votre syndic fera la ventilation sur vos charges de copropriété mais sachez que le décret instituant la liste des charges locatives précise que le salaire du concierge est imputable à hauteur de 75% en charges locatives s’il sort les poubelles et nettoie les parties communes, 40% s’il ne réalise qu’une des deux prestations précédentes.

Garantissez vos loyers pour seulement 2,2%

Assurance loyer impayé Smartloc

4 commentaires sur “Liste des charges récupérables

  1. le débouchage d’une canalisation deouis une cuisine jusqu’à la canalisation commune incluse est il une charge récupérable sur les locataires au titre d’une dépense d’entretien du batiment, de même pour les frais engendrés par une infiltration d’eau dans un garage depuis une terrasse, celle ci étant vu comme partie commune du batiment car faisant office de toiture du garage.Le syndic parle de » frais d’entretien des parties communes et donc constitus des charges récupérables.
    merci pour votre position éclairée.

    • Bonjour,

      A priori oui le débouchage d’une canalisation à l’intérieur du logement peut être considérée comme une réparation locative.
      Sur la dépense du toit-terrasse j’ai du mal à saisir votre question.

  2. Bonjour,
    je voudrai savoir si la gouttière suspendue du toit du dernier étage, qui est boucher faisant que l’eau pluviale ne s’évacue pas normalement, relève de la charge du bailleur ou bien de moi en tant que locataire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres articles dans la même catégorie

Synthèse de l’article : De plus en plus de gens travaillent à domicile à partir de leur logement dans le cadre de leur activité professionnelle. Auto-entrepreneur, indépendants, start-ups, free-lance, quel que soit le statut choisi pour l’exercice de l’activité, il existe certaines règles à respecter selon la taille de l’agglomération, le lieu et la nature […]

Synthèse de l’article : le paiement du loyer par le locataire à son bailleur est la contrepartie en échange de laquelle le locataire peut jouir des lieux. Néanmoins, dans certains cas, la loi offre la possibilité au locataire de s’opposer au paiement du loyer (partiellement ou dans son intégralité) à travers deux moyens : l’exception […]

Synthèse de l’article : le bail individuel en résidence principale respecte le même modèle loi ALUR que le bail classique. De nombreux bailleurs nous sollicitent car ils souhaitent louer une chambre dans leur résidence principale, ou plus simplement plusieurs chambres de manière séparée dans une maison ou un grand appartement. Ce type de location ne […]

Chez Smartloc nous vous proposons de remplir le le bail de location et ses annexes et de le signer de manière électronique si vous le souhaitez. Une des annexes ne pouvait malheureusement pas être signée de manière électronique jusqu’à fin 2018 car elle devait comporter des mentions manuscrites : l’acte de caution solidaire rempli et […]