Mathieu Chantalat 17 juillet 2018 > Autres

Gestion locative : comparatif des tarifs et frais

Vous cherchez à une offre de gestion locative en ligne et vous souhaitez avoir une vision d’ensemble des prestations et frais des différentes formules.

Nous allons tenter de vous convaincre que les outils proposés sur notre page de gestion locative en ligne constituent la meilleure solution du marché.

4RO11G7TAF (1)

1. La gestion par un administrateur de biens traditionnel

C’est la formule historique proposée depuis plus de 200 ans aux bailleurs qui souhaitent déléguer intégralement la gestion d’une location. Les grandes enseignes nationales comme Foncia ou Nexity proposent de prendre votre place (via la signature d’un mandat), dans toutes les actions nécessaires à la bonne gestion de la location : encaissement des loyers, commande de travaux, recherche d’un locataire.

La gestion locative a par contre était beaucoup plus simplifiée depuis 200 ans : alors qu’il était nécessaire de se déplacer physiquement pour percevoir les loyers des locataires, l’informatisation des paiements et des échanges a rendu l’administration d’une location beaucoup plus facile.

Résultat les agences n’ont souvent pas grand chose à faire et les formules proposée habituellement à 6%HT hors assurance loyer impayé, entre 8 et 10% avec assurance (à quoi s’ajoutent des frais de recherche locataire quasi-obligatoire de 1 mois de loyer en ordre de grandeur) deviennent difficilement justifiables si vous avez un minimum de temps à consacrer à votre location.

L’avantage principal de cette formule est de n’avoir strictement rien à faire , le gestionnaire va s’occuper de tout. Les inconvénients sont par contre nombreux :

  • Le coût de la gestion locative est élevé, 50€/mois par exemple pour un loyer de 700€CC
  • La présence de frais cachés; la plupart des mandats incluent des prestations obligatoires qui donnent lieu à des facturations supplémentaires, comme la synthèse fiscale en fin d’année, ou l’édition du compte-rendu de gérance
  • Les loyers vous sont reversés avec un décalage entre 15 et 30 jours.
  • Les gestionnaires ont peu d’outils en ligne automatique fiables, beaucoup de tâches sont traités manuellement, il y a donc un risque important d’erreur et de lenteur de traitement si vous tombez sur le mauvais collaborateur dans le cabinet
  • Le manque de transparence, vous ne contrôlez plus du tout ce qui se passe dans des étapes critiques telles que la recherche d’un locataire, la validation d’un devis ou la gestion d’un impayés

En résumé c’est une formule que nous recommandons si vous ne souhaitez absolument pas vous occuper de votre location. Même à distance, avec un minimum de temps il est possible d’économiser beaucoup de frais. Quant aux éventuels réparations, rassurez-vous, il est toujours possible de faire intervenir un artisan à distance qui se chargera de coordonner l’intervention avec le locataire (en pratique les gestionnaires se déplacent très rarement dans les logements).

2. Les logiciels de gestion

A l’opposé des gestionnaires contrôlant tout, de nombreux logiciels se sont lancés au début des années 2000 pour proposer aux bailleurs des logiciels en ligne où centraliser quittances, lettres, documents…

Les fonctionnalités de ces plateformes sont souvent limitées à la mise à disposition d’outils permettant d’effectuer manuellement certaines tâches et d’avoir un suivi clair d’une ou plusieurs locations.

Néanmoins ces plateformes ne gèrent pas les encaissements de loyer et les dépenses, vous devez donc régulièrement saisir les flux sortants et entrants pour avoir vos données à jour. Par ailleurs vous ne disposez pas d’assistance d’un gestionnaire en cas de problèmes (réparations, impayés, restitution du dépôt de garantie, rédaction du bail).

Les tarifs sont en conséquence relativement faibles entre 5 et 10€/mois, ce qui peut paraître élevé pour les services fournis (une bibliothèque de docs et un tableur amélioré).

3. La gestion en ligne Smartloc

La gestion locative en ligne que nous proposons est constituée de trois outils essentiels et suffisants pour permettre au bailleur indépendant de gérer son bien :

  • Un module de création automatique du bail et de ses annexes
  • Une garantie loyer impayé permettant de tester un dossier et de souscrire en ligne
  • Un envoi automatique des quittances et une assistance en cours de bail

Ces outils sont beaucoup plus efficaces que les logiciels de gestions existants sur le marché, et bien moins onéreux qu’un administrateur de biens.

Vous voulez savoir comment Smartloc va vous faire économiser 40€/mois ?

Consultez notre page dédiée à la gestion locative

Garantissez vos loyers pour seulement 2,2%

Assurance loyer impayé Smartloc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres articles dans la même catégorie

Synthèse de l’article : il est possible de cumuler les revenus des colocataires pour souscrire à l’assurance loyer impayé ou ceux de leurs garants. Il n’est pas possible de souscrire une garantie avec une colocation mixte étudiants/salariés. La colocation est un terme qui définit l’occupation deux locataires ou plus, non mariés, d’un bien d’habitation en […]

Les squatteurs sont avec les impayés de loyer la hantise principale des bailleurs, à raison car comme nous allons le voir la loi est étrangement assez protectrice des squatteurs. Sommaire Définition du squat au regard de la loi Démarches à initier en fonction des situations 1er cas : squat de la résidence principale 2ème cas […]

Synthèse de l’article : le propriétaire peut donner congé à l’échéance du bail, avec un préavis de 6 mois en vide, 3 mois en meublé. Il doit motiver son congé pour vendre, reprendre le logement ou non-respect du bail par le locataire. Sommaire Quand peut-on donner congé en tant que bailleur ? Quel préavis pour […]

Synthèse de l’article : vous devez régulariser la provision pour charges dès réception du décompte annuel de votre syndic. Il est nécessaire de prévenir le locataire un mois en avance et de tenir à sa disposition les justificatifs pendant 6 mois. Vous ne pouvez régulariser des charges dues depuis plus de 3 ans. Si vous […]